?

Log in

No account? Create an account

OH, BOY! - BLOG - ALBUM DE PSYKOKWAK

déc. 6e, 2007

06:59 am - OH, BOY!

Previous Entry Share Next Entry



C’est en (re)lisant le travail exemplaire de Lionel Labosse de son  Journal de bord d’une action pédagogique en collège contre l’homophobie  que j’ai relevé plusieurs fois la référence élogieuse au livre de Marie-Aude Murail « Oh Boy ». C’est un roman destiné plus particulièrement à un public d’adolescents.
J’ai lu ce livre et à mon tour je souscris aux nombreuses et méritées louanges de la critique, et ce bouquin a glané de multiples récompenses.
Par facilité je laisse Lionel résumer l’histoire.

 Venise, Morgane et Siméon Morlevent, 5, 8 et 14 ans, sont orphelins suite au départ de leur père et au suicide de leur mère. Il semble n’y avoir personne pour les prendre en charge. Une juge et une assistante sociale retrouvent cependant la trace de deux demi-frère et soeur, Bart et Josiane. Ces deux-là n’imaginaient pas avoir des demi-frères, mais ils vont rivaliser pour devenir tuteurs et obtenir la garde des enfants. Josiane, médecin, est assez égoïste. Elle n’arrive pas à avoir d’enfant, et ne souhaite qu’une petite fille, elle jette son dévolu sur Venise. Bart est un gai plutôt écervelé, qui au début, est horrifié de cette tuile qui lui tombe dessus, puis se laisse prendre au jeu malgré les réactions négatives de son petit copain du moment. Le drame survient quand l’aîné, Siméon, un surdoué qui est en terminale à l’âge de 14 ans, tombe gravement malade. Confronté à cette épreuve, Bart se révélera à lui-même et les Morlevent trouveront un toit.

J’ai absorbé le livre d’une traite, essuyant de temps en temps quelques larmes impossibles à retenir. Incroyable comme cette histoire quelque peu abracadabrantesque a réveillé en moi mon côté midinette. Marie-Aude Murail a un talent certain pour m’avoir à ce point capté et fait vibrer aux côtés de cette fratrie assommée par des événements terrifiants. Heureusement ils sont soudés et ils possèdent d’étonnantes ressources (on peut évoquer des capacités de résilience).
Je retiens le portrait de Bart, le grand frère un peu malgré lui. C’est une fashion victime irresponsable, plus Marais que lui tu meurs ! qui se voit embarquer dans sa nouvelle famille et qui se transforme pour donner le meilleur de lui même. D’ailleurs il devient rapidement le protagoniste de l’histoire.
Ainsi que le souligne Lionel,  l’auteure à travers ce personnage porte un regard altersexuel généreux et sympathique. Certes nous  pourrions reprocher une trop grande accumulation de malheurs, de retournements surprenants, mais la justesse de ton et l’intelligence du propos balaient nos réticences.
Voilà un beau livre qui devrait figurer dans la liste des livres à lire durant la scolarité.

Dans une passionnante interview, elle évoque le personnage de Bart :

« - Alors, il n’y a pas de tabou dans les livres ! s’est exclamé un collégien au cours d’une rencontre.

Depuis dix minutes, nous parlions d’homosexualité à propos de Oh, boy ! Personnellement, je n’ai pas souhaité traiter de l’homosexualité en inventant Barthelémy Morlevent. J’ai simplement créé un personnage de jeune homosexuel qui est, avec ou sans jeu de mots, gai et positif. Je n’ai pas voulu que le sida lui serve de droit d’entrée dans la littérature de jeunesse, Bart se porte comme un charme. Je n’ai pas fait exister Barthelémy pour qu’on en tire des leçons sur le droit à la différence. Je le dis aux jeunes, la tolérance est un mot qui m’exaspère. Trop aimable de tolérer l’autre ! L’autre, ton semblable, veut être aimé. J’ai créé un homo pour le donner à aimer. On rit avec lui, on pleure avec lui, on se réjouit de ce que ses amours semblent en bonne voie. C’est tout ce que je demande, c’est peu, c’est beaucoup. Je réfléchis en ce moment à un personnage de prostituée, un autre de curé, un dernier de militant antimondialiste, pas pour traiter de la morale, de la religion ou de la politique dans mes romans, mais pour les donner à aimer, c’est tout »

Lire l'article de Lionel Labosse, une interview de Marie-Aude Murail. Prochainement, nous devrions voir une adaptation télévisée de ce roman.