?

Log in

No account? Create an account

L ' ENNEMI INTIME - BLOG - ALBUM DE PSYKOKWAK — LiveJournal

oct. 9e, 2007

09:58 pm - L ' ENNEMI INTIME

Previous Entry Share Next Entry


Avec un tel titre je m’attendais à retrouver les faits relatés dans le documentaire éponyme de Patrick Rotman, dont le nom figure en bonne place au générique du film. Je supposais que le réalisateur interrogerait la part sombre de la guerre d’Algérie. Il n’est pas inutile de se souvenir des critiques exprimées par N. Sarkosy  lors de la campagne présidentielle contre les repentances et le travail de mémoire soutenus par tous ceux qui n’acceptent pas la banalisation des errements coupables de la France en Algérie.

Le film se déroule en 1959, en Kabylie où un petit détachement de l’armée française tente de contrôler une région tenue par l’ANL. Un jeune lieutenant idéaliste (Benoît Magimel) se porte volontaire pour rejoindre cette zone interdite. Il véhicule l’idéologie ambiante d’une France paternaliste, sûre de son bon droit pour apporter bonheur et pacification aux « indigènes » face à des rebelles. Il vient remplacer un officier tué par erreur dans une embuscade.
Nous pouvons penser que le Lt Terrien recherche de vrais ennemis, une frontière marquée entre l’armée et les combattants pour l’indépendance. Une guerre qu’à l’époque les dirigeants politiques qualifiaient de simples événements, de maintien de l’ordre.
De fait il rencontre de véritables baroudeurs, et des supplétifs qui ont combattu pour la France à Monte Cassino, en Indochine. Rapidement il comprend que cette guerre ne correspond pas à ses aspirations. Il s’insurge lorsque le sergent dégomme froidement deux autochtones avant de reconnaître qu’il s’agissait en fait de soldats de l’ANL. Il s’indigne lorsque l’aviation bombarde au napalm malgré son interdiction par les conventions internationales.

Benoît Magimel, Aurélien Recoing et Albert Dupontel.
Puis il va perdre ses dernières illusions d’une guerre civilisée quand il découvre l’usage de la torture. « On ne répond pas à la sauvagerie par la barbarie » balance-t-il à l’officier de renseignement.
Pourtant il suffira qu’il soit directement confronté à des atrocités pour céder à l’engrenage de la violence et recourir aux méthodes qu’il dénonçait auparavant.

L'ennemi intime de Florent-Emilio Siri illustre cette guerre qui n’ose dire son nom, faite de petites escarmouches avec un ennemi insaisissable, de l’emploi de moyens de terreur brutaux (exécution de civils). L’image fortement saturée de bleu donne un aspect documentaire contrastant avec des séquences léchées, de grands panoramiques qui tirent le film du côté du grand spectacle.

Le réalisateur s’attarde sur la lente et inexorable dérive de la conscience du lieutenant qui se résigne à l’inadmissible (torture et exécution des prisonniers). Face à son déchirement intime, il choisira comme échappatoire d’aller se livrer aux balles ennemies. On pense évidemment aux films de Boisset (RAS) et Vauthier (Avoir 20ans dans les Aurès).
La véracité historique est clairement revendiquée, « les faits sont réels » lit-on dès le générique, renforcée par la présence de Patrick Rotman.
D’ailleurs les scènes du film illustrent les témoignages de son implacable documentaire éponyme diffusé à la télévision en 2001.

Toutefois je ressens un malaise. Les protagonistes des deux camps sont mis dans un même sac pour des exactions inadmissibles commises de part et d’autre. Du coup on reste à la surface, au niveau du jeune appelé dépassé par les évènements. Aucune distanciation critique n’est proposée.

Benoit Magimel et Albert Dupontel.

D'autres avis ici.

Tags: