?

Log in

No account? Create an account

THE BUBBLE - BLOG - ALBUM DE PSYKOKWAK — LiveJournal

juil. 6e, 2007

11:23 pm - THE BUBBLE

Previous Entry Share Next Entry


Entre Tel Aviv et Naplouse, un check point. Noam (Ohad Knoller) un réserviste assiste une jeune palestinienne en train d’accoucher. Tout le monde ne pense qu’à soutenir cette jeune mère, l’ambulance arrive mais trop tard, l’enfant est mort-né. Un palestinien s’insurge et insulte les militaires responsables à ses yeux du décès de l’enfant. Fin de la trêve, l’armée reprend sèchement ses contrôles. Première scène de " The Bubble " le dernier film d’Eytan Fox, écrit avec Gal Uchovsky.
Séquence exemplaire où la peur fait place à la solidarité autour d’une naissance mais en vain. La réalité d’un conflit larvé resurgit brutalement et renvoie chacun à sa place.
Au contrôle Noam a perdu ses papiers qu’Ashraf (Yousef 'Joe' Sweid) récupère. Il a remarqué le jeune soldat et il décide de le retrouver à Tel Aviv pour les lui rendre. Rapidement les deux hommes vont s’aimer. Par delà la haine qui oppose leurs peuples, ils essayent de vivre leur amour. Ashraf fuit son pays peu enclin à la gaytitude et une famille de barbus terroristes. Noam jeune idéaliste rêve d’un pays en paix, en harmonie. Avec ses colocataires, Lulu (Dianela Virtzer) une belle nana qui rêve de devenir styliste et Yali (Alon Friedman) gay patron d’un bar, il partage un appartement dans la " bulle " de Tel Aviv. Ils montent une rave contre l’occupation des territoires. Manière à eux d’imaginer et inventer une utopie où la guerre laisserait place à l’amour, à la vie. Une rave pour danser, s'éclater et changer la politique.

Alon Friedman, Daniela Virtzer, Ohad Knoller et Yousef 'Joe' Sweid.
Comme on peut s’y attendre la réalité va les rattraper et reporter aux calendes grecques leur espoirs d’un monde meilleur. 

Le film franchit le mur pour se rendre à Naplouse et proposer une vision un peu caricaturale de la famille d’Asrhaf. On y découvre une sœur fermée et hostile à la sexualité de son frère, quant au beau frère " Jihad " il fomente des attentats suicides.
Eytan Fox évite de peu un manichéisme en montrant aussi des israéliens intolérants et racistes.
Le film passe du tragique à la comédie, tout restant lucide. L’humour souvent présent donne une touche de légèreté et nous rend les protagonistes proches de nous. On oublie la guerre, la crainte de l’attenta suicide et on se laisse gagner par le rêve d’une société apaisée.

Yousef 'Joe' Sweid et Ohad Knoller.

Dans " tu marcheras sur l’eau " le réalisateur interrogeait l’histoire, la shoah. Une allusion y fait référence avec une scène de théâtre où deux déportés tentent de vivre une relation d’amour. L’un des acteurs est interprété par Lior Ashkenazi l’acteur principal du précédent film.
J’avais repéré ce réalisateur il y une quinzaine d’année avec un moyen métrage " la perm " (Time off) où on voyait un jeune soldat stigmatisé par son officier. Lors d’une perm, Jonathan découvre l’homosexualité de son officier tourmenteur et avec beaucoup de sensibilité il l’invite à éprouver d’autres sentiments à son endroit. Dans " Yossi et Jagger " l’armée sert également de cadre à l’amour entre deux soldats isolés sur le plateau du Golan.
Chaque fois Eytan Fox filme avec retenue et sympathie des personnages sensibles qui désirent concrétiser leurs rêves dans un milieu plutôt hostile.

Lire les critiques de Libé, de Cluny, de Lieux communs. Ici pour le clin d'oeil de Pierre et Gilles.

Tags: ,

Comments:

From:(Anonymous)
Date:juillet 7e, 2007 06:22 pm (UTC)

merci

(Link)
M. Choupinou, merci de tes commentaires sur ce film super gay! Donc maintenant, j'ai décidé d'aller le voir!
Bon week-end et gros bisous,

Ton admiratrice secrète
(Répondre) (Thread)
[User Picture]
From:psykokwak
Date:juillet 8e, 2007 08:14 am (UTC)

Re: merci

(Link)
Je suis très ému de vos compliments chère admiratrice anonyme. J'espère que vous prendrez plaisir à voir The Bubble.
(Répondre) (Parent) (Thread)
From:chondre
Date:juillet 9e, 2007 03:39 pm (UTC)
(Link)
Euh...c'est quand même un film un peu "cliché" affublé d'une fin too much, non?
Je n'ai hélas pas été aussi ému qu'après avoir vu "Tu marcheras sur l'eau".
(Je reconnais quand même que certaines scènes sont sympatoches)
(Répondre) (Thread)
From:(Anonymous)
Date:juillet 26e, 2007 09:13 pm (UTC)

et qu'as-tu pensé de la B.O. ?

(Link)
Voici ce que j'ai pensé du film et de la musique :
http://absolutely.awesome.online.fr/?p=288
toli
(Répondre) (Thread)
[User Picture]
From:psykokwak
Date:juillet 26e, 2007 09:49 pm (UTC)

Re: et qu'as-tu pensé de la B.O. ?

(Link)
Oui j'ai lu ton commentaire... et noté que tu évoquais la B.O. du film; je viens de découvrir ton blog grâce à Matoo.
Je ne suis pas très attentif à la musique dans les films sauf si elle me surprend ou si je la trouve très concordante.
Parlant B.O. et cinéma je pense au film de C. Honoré "les chansons d'amour" que j'ai bien aimé.
Parcourant ton blog j'ai remarqué que nous avions apprécié souvent les mêmes films.
(Répondre) (Parent) (Thread)