BLOG - ALBUM DE PSYKOKWAK (psykokwak) wrote,
BLOG - ALBUM DE PSYKOKWAK
psykokwak

DOUBLE JE - PIERRE ET GILLES

Qu'est-ce qu'il a de plus que moi ce nègre-là ?

La galerie du Jeu de Paume présente « Double Je », une rétrospective de 120 photographies peintes des deux compères Pierre, le photographe et Gilles le peintre.

Dès la présentation l’accent est porté sur ce travail à deux mains qui allie deux techniques de deux individus unis par les sentiments. Un couple artiste, créatif. Ce n’est pas si fréquent et même les célèbres duettistes Gilbert & Georges n’ont pas réuni leurs compétences jusque dans l’amour.
L’automne dernier la Galerie Jérôme de Moirmont proposait «  un monde parfait » une large série de leurs dernières productions dont certaines figurent au Jeu de Paume.
Des peintures car in fine ce sont des pièces uniques de photos retouchées à la peinture qui offrent beaucoup de visages, de portraits. Ils ont ceci de commun qu’ils semblent extatiques, éthérés et quelquefois teintés d’une touche de tristesse avec une larme, ou un détail terrible comme dans  «  maman » où un jeune garçon tient sa peluche ensanglantée.

Leur style gaiement kitchissime accompagne l’iconographie pédé des trente dernières années. Des portraits de personnalités la plupart des vedettes, de saints, de modèles à la beauté parfaite saisis dans des mises en scène féeriques d’étoiles, de bougies, avec un chromo flashy délimités par des cadres qui participent activement au tableau. Un encadrement qui complète, surligne jusqu’à l’outrance des œuvres figées.

Fleurs de Shanghaï
Notre regard semble hypnotisé par l’aspect de ces jeunes beautés inaccessibles jusqu’à ce que nous décelions une faille, qui du coup les rendent plus réelles, plus humaines.
Double jeu pour le coup où la première impression se trouve nuancée par l’ambivalence que nous percevons.  La tristesse, l’angoisse, l’impossible ne sont jamais loin derrière les figures trop lisses, trop belles pour être vraies.
La  surprise arrive au second étage dans la salle des « Celacantus », le poisson préhistorique des profondeurs abyssales. Des images déformées, triturées, sombres et angoissantes.

En face des autoportraits à l’humour queer. L’un affublé de l’uniforme de galonné soviétique et l’autre sérieux en tenue officielle de président de la République. La dérision, la parodie traversent leur peinture comme dans « les cosmonautes ».


Leur inspiration s’ancre dans la réalité et mélange les genres, à côté des portraits d’artistes de variété, des thèmes actuels répondent et casse une vision d’un monde simplement réjouissant.

De « Vive la France » symbolisée par trois footeux black-blanc-beur nus vaillants et virils, nous passons au  « David et Jonathan », l’arabe et le juif qui s’embrassent sous une clarté lunaire comme un rêve impossible à réaliser.


"La mort d''Abel" le triptyque réalisé à partir d’Abel, la sculpture d’Emile Feugère des Forts. Ces trois peintures, trois perspectives d'une variation autour d’une œuvre classique.
Cette rétrospective permet de parcourir les différentes facettes de leur production.

C’est une belle occasion de revisiter une sélection de leurs œuvres, pas uniquement de belles silhouettes d’éphèbes inaccessibles mais aussi des asiatiques, des noirs, des cuirs, des body buildés bref un panorama de l’iconographie des gays, sans oublier ce « triangle rose » à l’air triste.

Lire sur l'excellent blog de Thomas son compte rendu du vernissage.

Tags: expo
Subscribe

  • LE MÈKONG DE LÂM DUC HIÊN

    Ce fut un beau week-end ensoleillé de fin septembre. dédié à la fête des parcs et jardins à Paris. Au…

  • DAVID LACHAPELLE

    J’avais lu quelques mots sur ce photographe américain dont la Monnaie de Paris propose une rétrospective.…

  • YAN PEI - MING

    Le week-end pascal fut l’occasion d’un voyage transalpin. On quittait les giboulées neigeuses savoyardes pour les cieux bleutés du Piémont.…

  • Post a new comment

    Error

    default userpic
    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 2 comments