?

Log in

No account? Create an account

le 14 avril 2008 - BLOG - ALBUM DE PSYKOKWAK — LiveJournal

avr. 14e, 2008

08:48 am - LOVE MY LIFE



Ichiko (Rei Yoshii) et Eri (Asami Imajuku) deux jeunes étudiantes nippones forment un couple, s’aiment et tout semble se dérouler tranquillement. Pas de soucis pécuniaires, leurs parents subviennent à leurs besoins même si Ichiko travaille à temps partiel dans un magasin de CD. Côté famille, elles sont toutes les deux orphelines de leur mère. Le père d’Ichiko est un écrivain traducteur réputé. C’est un homme ouvert, compréhensif à qui on peut révéler sans trop d’appréhension sa sexualité. Il tique à peine lorsqu’elle lui présente sa chérie.  Et pour cause, il lui balance aussi sec qu’il est gay, que sa mère, décédée il y a huit ans, préférait les femmes et qu’ils se sont mariés plus par raison que par amour. Toutefois ils désiraient avoir un enfant et qu’il aime sa fille ouf !
Pour Eri changement de décor, les mâles de la famille la méprise du seul fait de son sexe. Une femme n’a pas besoin de suivre des études, un homme pourvoira bien aux dépenses du ménage lui balance sans sourciller son père avocat qui finance ses études de droit à la condition expresse qu’elle les réussisse. Difficile dans ce contexte d’affirmer son orientation sexuelle.
Du coup Eri s’enferre dans une attitude de revendication phallique en voulant à tout prix devenir avocat pour être juste comme eux. Besoin de reconnaissance ?  on peut le subodorer même s’il est illusoire et vain.
Eri demande à Ichiko de ne plus la voir durant sa préparation aux concours. Ichiko déboussolée vit difficilement l’éloignement de sa copine, heureusement l’attentionné Take, étudiant gay esseulé en quête d’un premier amant va l’aider à accepter et à comprendre cette parenthèse dans leur vie commune.  Le scénario ne casse pas trois pattes à un canard, on imagine aisément que cette histoire se conclura par un happy end.

Ichiko (Rei Yoshii) & Eri (Asami  Imajuku).

Love my Life de Kôji Kawano est une adaptation du manga de Yamaii Ebine*. Cette bluette sympathique et rafraîchissante pourrait faire office d’un bon petit guide filmé de l’altersexualité pour ado. Les jeunes actrices sont mignonnes et charmantes, les quelques scènes érotiques convenables. Le film est parsemé des différents questionnements habituels : le coming out, la recherche du premier partenaire (pour Take), la fidélité et l’homoparentalité, ici vécue du côté de l’enfant. Le tout dans un Japon moderne et jeune. Que des bons sentiments et somme tout tant mieux !

L’originalité du film eh oui ! réside dans l’annonce par le père de son homosexualité ainsi que de celle sa mère. C’est la première fois que je vois ce thème abordé au cinéma et qui mérite d’être souligné. Le scénario ne s’attarde pas longtemps sur le ressenti d’Ichiko à cette annonce. Suffisamment cependant pour que l’on s’aperçoive que pour un enfant une telle révélation demeure autrement plus délicate que la découverte de l’altersexualité de l’enfant par les parents. Curieusement on ferait comme si les enfants devaient plus facilement comprendre et dépasser cette configuration. Love my life effleure cette question tout en indiquant le trouble d’Ichiko. Ne serait-ce que pour cette thématique Love my Life marque un étape dans la présentation de l’altersexualité au cinéma.
Le cinéma japonais nous a donné un très beau film sur ce thème de l’altersexualité à l’adolescence : Grains de sable de Ryosuke Hashiguchi, le pendant nippon du magnifique  Roseaux sauvages de André Téchiné. On peut aussi citer Hush du même Hashiguchi sur le thème de l’homoparentalité.

* Lire ici le résumé et l’avis Lionel Labosse de ce manga yuri, ouvrage qui traite de l’homosexualité féminine.

Love my Life, film japonnais de Kôji Kawano (2006). Présenté au 7eme festival Vues d’en face à Grenoble.

Previous day (Calendar) Next day